Paroisse Saint Loup


Sommaire > Vie de la paroisse > Homélies > messe de rentrée, au vingt-septième dimanche du Temps Ordinaire, année B

messe de rentrée, au vingt-septième dimanche du Temps Ordinaire, année B

dimanche 7 octobre 2018, messe de rentrée en l’église Saint Jean-Baptiste de Vif

Nouveaux départs, envois en mission, étapes,…
Frères et sœurs, nous venons d’entendre la Parole de Dieu, nourriture pour notre vie chrétienne, et nous venons de vivre la liturgie de l’entrée officielle en catéchuménat de Danaé. Je voudrais, ce matin, reprendre avec vous les moments importants de cette liturgie particulière, à la lumière de la Parole de Dieu que nous venons d’entendre.
En ce temps de reprise des différentes activités pastorales dans la Paroisse Saint-Loup, nous sommes donc tous invités à revivre notre baptême. Nous avons entendu dans la deuxième lecture « combien nous sommes associés au Mystère de la Pâque du Christ par notre baptême, si bien que nous sommes désormais appelés à sa gloire. »
Jésus, dans l’évangile, nous enseigne le grand Commandement : « Ecoute, Israël : le Seigneur notre Dieu est l’unique Seigneur. Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force. Et voici le second : tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n’y a pas de commandement plus grand que ceux-là. »
Danaé, que nous avons la joie d’accueillir ce matin, a exprimé librement son choix, sa décision de suivre le Christ et de se mettre en route vers le baptême. Depuis quelques mois, elle se retrouve régulièrement avec des baptisés en vue d’être initiée au Mystère de Jésus-Christ, Fils de Dieu.
Et nous, les baptisés de longue date, comment exerçons-nous notre liberté pour vivre en chrétiens aujourd’hui ? Nous avons à choisir Jésus-Christ chaque jour. Que ce choix soit éclairé, libre et responsable !
Danaé a été marquée du signe de la Croix du Christ, mort et ressuscité pour nous tous. Elle a reçu le signe de cette nouvelle condition. Saint Paul nous dit que « la croix de Notre-Seigneur Jésus-Christ reste [son] seul orgueil. » La croix, scandale pour les Juifs, folie pour les païens, mais force de Dieu pour nous.
La croix au temps de Jésus était un instrument de supplice. On y mettait à mort les esclaves et les bandits. On comprend alors que les chrétiens avaient cet instrument en horreur ! Il faudra attendre le IVème siècle pour que la croix trouve sa vraie place dans la liturgie et dans l’expression de la foi chrétienne. La croix devient alors le signe du don total du Fils de Dieu pour chacun d’entre nous et pour l’humanité entière. Jésus nous a aimés jusqu’au bout ; il a donné sa vie pour nous.
Danaé, comme tout catéchumène, est marqué de la croix, signe accompagné de ces paroles : « c’est le Christ lui-même qui vous protège par le signe de son amour. Appliquez-vous à le connaître et à le suivre. »
Catéchumènes, baptisés, que le signe de la croix soit notre honneur. Regardons souvent la croix. Prions devant la croix. Traçons avec beaucoup de respect le signe de la croix sur nous. « La plus grande raison de notre fierté, c’est la croix » a écrit saint Cyrille de Jérusalem. Choisir Jésus, Fils de Dieu, marcher vers le baptême, vivre en baptisés, consiste à s’engager dans une voie exigeante qui demande à chacun d’entre nous un changement de vie, une conversion permanente, une vie selon l’esprit de l’évangile, qui est un dépassement de nos relations humaines fondamentales quant au respect de la vie, de l’engagement pris dans le mariage, dans l’utilisation des biens et le témoignage de vie ; autant d’appels à entendre, chers jeunes, qui vivez aujourd’hui votre journée « Ephata en paroisse » en attendant de prendre part au grand rassemblement de la Toussaint 2018 à Grenoble.
Tout nouveau catéchumène s’engage dès maintenant sur ce chemin, dès son entrée en Eglise. Les gestes des différentes signations que Danaé a reçues l’expriment bien :

  • les oreilles : pour entendre la Parole de Dieu, pour écouter la voix du Seigneur ;
  • les yeux : pour voir la lumière du Christ ; les yeux sont aussi le miroir du cœur (« Heureux les cœurs purs, ils verront Dieu ! ») ;
  • les lèvres : pour exprimer, pour répondre à la Parole de Dieu, pour prier et pour chanter les louanges de Dieu, pour dire une parole bienveillante ou constructive, pour dire la vérité ;
  • le cœur, la poitrine : c’est l’intérieur de la personne, c’est l’intime spirituel. Il s’agit de devenir une habitation de Dieu, un temple de l’Esprit de Dieu ;
  • les épaules : porter le Christ, toujours et partout, porter la Croix du Christ. Marcher à la suite du Christ, c’est porter sa Croix en vue de vivre de sa Résurrection.

Rappelez-vous bien de la signification profonde de ces rites, vous qui recevez une nouvelle mission dans le cadre de l’Equipe Paroissiale ou bien qui êtes renouvelés dans celle-ci : Jacqueline, Grégory, Joëlle, avec le Père Régis, Gilles et moi-même ! Accepter la Croix afin de mieux vivre et accueillir la Résurrection dans nos vies, c’est essentiel !
Danaé, merci de nous permettre de vivre avec vous, ce matin, votre entrée officielle en catéchuménat. Nous pouvons ainsi redécouvrir la beauté de notre baptême et nous pouvons vous accompagner de notre prière pour que vous puissiez avancer sereinement jusqu’au grand jour de votre baptême. Et merci également à vous, Caixia ! Toutes les deux, vous nous aidez à plonger au cœur de cette Parole qui fait vivre, afin de pouvoir continuer à renaître d’en-haut.
Alors : « Ephata ! », ouvre-toi, ouvrons-nous tous ! Belle année pastorale à chacun et à chacune !

Père Thibault NICOLET


Références des textes :
Genèse II, 18-24 ;
Psaume CXXVII (CXXVIII)
Hébreux II, 9-11
Marc XII, 28b-34 (évangile de la messe de clôture du rassemblement diocésain Ephata Fest’ du 31ème dimanche du T.O.)