Paroisse Saint Loup


Sommaire > Vie de la paroisse > Homélies > 1er dimanche de carême, année C

1er dimanche de carême, année C

Samedi 9 mars 2019 aux Saillants et dimanche 10 mars à Vif

40 jours dans le désert

L’épisode que nous venons d’entendre est relaté par les trois évangiles synoptiques, et se situe entre le baptême de Jésus et le début de son ministère public. Marc le relate en trois courtes phrases, mais Matthieu et Luc le relatent en des termes très proches...
Certainement, Jésus s’est préparé à son ministère par un temps de retraite au désert, et certainement, il a dû y affronter le tentateur... Mais pour autant, le dialogue entre Jésus et le diable n’a eu aucun témoin ! On peut donc penser que ce passage est une construction des évangélistes, basée sur l’enseignement de Jésus, pour nous faire comprendre quelque chose d’important.
Vous le savez, les 40 jours dans le désert font écho aux 40 ans passés dans le désert par le peuple hébreu. Les prophètes, Elie en particulier, ont également connu des expériences spirituelles fortes dans le désert. Le désert, c’est le lieu de la solitude, de la rencontre avec soi-même, du face-à-face avec Dieu. C’est aussi le lieu de l’épreuve physique : la chaleur, la soif, la faim... Et pour Jésus, on peut penser que la rencontre avec le tentateur était inévitable ! Le désert devient alors le lieu du combat spirituel décisif !
Deux des tentations commencent par «  Si tu es le fils de Dieu  »... Cela résonne comme un défi, auquel il pourrait être difficile de résister, si on a un peu d’orgueil... Pour chacune des tentations, la réponse opposée par Jésus est tirée de la Bible. Jésus se réfère à la seule volonté de son Père, telle qu’elle y est écrite...
La première tentation est de changer les pierres en nourriture. Si Jésus veut mettre fin à son jeune, quelques heures de marche lui seront sans doute nécessaires pour atteindre un endroit où il peut se procurer à manger ! La tentation, c’est d’aller au plus facile, et d’utiliser son pouvoir divin pour satisfaire ses propres besoins. La tentation, c’est surtout de s’extraire de sa condition humaine ! Mais s’il le fait à ce moment, pourra-t-il aller jusqu’au bout de sa mission, et vivre sa Passion de manière pleinement humaine ? Jésus n’a jamais utilisé son pouvoir pour lui-même, il l’a toujours fait pour soulager les souffrances, ou pour faire grandir la foi de ses disciples !
La seconde tentation est celle du pouvoir. Quand j’étais un enfant, j’ai parfois rêvé que Jésus trouve une ruse pour obtenir ce pouvoir, en faisant semblant de se prosterner devant Satan. Mais il n’y a que dans les légendes que l’on trompe Satan ! Et de quel pouvoir s’agit-il ? Les dictateurs les plus sanguinaires de l’histoire ne tiennent-ils pas leur pouvoir de lui ? Le royaume de Dieu, celui que Jésus nous annonce, est un royaume d’amour, et l’amour échappe totalement au pouvoir de Satan !
La dernière tentation est celle de faire intervenir la puissance de Dieu pour manifester son pouvoir publiquement. On imagine la scène : Jésus atterrirait doucement sur le parvis du temple, tel Superman, devant des centaines ou des milliers de témoins ébahis, suscitant immédiatement la foi de ceux-ci ! Mais ce n’est pas par des signes éclatants que Jésus veut conquérir nos coeurs, mais par sa parole, et en allant jusqu’au bout du don de lui-même !
L’enjeu, finalement, c’est de faire l’économie de la croix. Mais sans la croix, pas de signe décisif de l’amour de Dieu, pas de résurrection, pas de victoire sur la mort !
Quel enseignement retenir pour nous, durant ce temps de carême ?
• Le désert : trouver des lieux, ou des moments pour des temps de face-à-face avec Dieu...
• « L’homme ne vit pas seulement de pain... » : qu’est-ce qui me nourrit ? Trouver le temps de nous mettre plus à l’écoute de la parole de Dieu...
• « C’est devant le Seigneur ton Dieu que tu te prosterneras, à lui seul que tu rendras un culte... » : prendre la temps de discerner dans ma vie ce qui peut, parfois, prendre la place de Dieu : argent, travail, famille, loisirs... ou même mission en église !
• « Tu ne mettras pas à l’épreuve le Seigneur ton Dieu... » : Se mettre dans un rapport confiant avec Dieu, sans attendre de signes de Lui...
Amen

Gilles Berger Sabbatel

Références des textes liturgiques :
Deutéronome 26, 4-10 ;
Psaume 90(91) ;
Lettre aux Romains 10, 8-13 ;
Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 4, 1-13