Paroisse Saint Loup


Sommaire > Vie de la paroisse > Homélies > La Sainte Trinité, année C

La Sainte Trinité, année C

Samedi 15 juin 2019 à Prélenfrey et dimanche 16 juin à Vif

Un DIeu unique, Père, Fils et Esprit...

Chaque année, quand arrive la fête de la Sainte Trinité, on se dit : cette fois, je vais peut-être enfin comprendre cette histoire de Trinité ! Et chaque fois, on repart déçu, si telle était notre attente... Et j’ai bien peur que cette fois-ci, cela ne soit pas mieux...
Quand j’étais enfant, quand on nous parlait des mystères de la foi, on nous disait qu’il n’y avait rien à comprendre, rien à expliquer, juste à croire...
Un scientifique du 19ème siècle pouvait être choqué par cette histoire d’un Dieu un en trois personnes ! Pourtant, la science d’aujourd’hui comporte aussi des mystères ! Par exemple, une particule physique peut être décrite par des équations, mais il n’existe aucun moyen de se la représenter, et elle peut être dans plusieurs états différents en même temps ! C’est comme si, à notre échelle, un objet pouvait être blanc et noir en même temps, ou si un chat pouvait être mort et vivant... Il n’y a rien à comprendre, il suffit de connaître et appliquer les équations... Nous ne pouvons pas tout comprendre, nous ne pouvons pas tout expliquer, et c’est la science qui le dit !
Pour revenir aux mystères de la foi, un vieux prêtre qui a accompagné notre formation au diaconat nous disait : un mystère, ce n’est pas quelque chose que l’on ne peut pas comprendre, c’est quelque chose que l’on n’a jamais fini de comprendre. Vouloir mettre des mots sur un mystère, c’est risquer de n’en décrire qu’un aspect, ou pire, d’en donner une vision déformée. Dieu ne se laisse pas enfermer par des mots ! Si un mystère peut se comprendre, c’est avec le coeur. Un mystère ne s’explique pas, il se contemple...
Dieu est amour, nous dit Saint Jean. Il est relation, qui ne peut s’exprimer qu’en plusieurs personnes... Dieu est père, fils et esprit, trois personnes dont l’amour rayonne sur nous !
La première lecture nous parle de la Sagesse. La Sagesse est l’émanation de Dieu lui même, formée avant le commencement du temps, « enfantée »... On peut la voir comme une personne participant à la divinité du Père, toute aimée de celui-ci et présente à ses côtés lors de la création. Mais alors, de qui s’agit-il ? L’auteur du livre des Proverbes, bien avant Jésus-Christ, ne connaissait ni celui-ci, ni l’Esprit Saint, mais à première vue, on pense à l’Esprit-Saint... Et pourtant, pour les théologiens c’est bien du Christ qu’il s’agit ! Jésus-Christ, Sagesse de Dieu pour Saint Paul, dans la première lettre aux Corinthiens (1 Co 1,30). Jésus-Christ, verbe de Dieu, présent auprès de lui dès la création du monde, selon le prologue de l’évangile selon Saint Jean. Jésus-Christ, engendré, non pas créé, selon le symbole de Nicée-Constantinople...
Dans l’évangile, Jésus nous donne aussi un aperçu de la relation qui unit le Père, le Fils et l’Esprit : l’Esprit nous fait connaître ce qui vient du Christ. Et selon Saint Paul, c’est par Lui que l’amour de Dieu est mis dans nos coeur ! Alors, aujourd’hui, nous pouvons contempler ce mystère d’amour d’un Dieu un, en trois personnes... Un amour qui rayonne sur nous, pour qu’à notre tour nous le vivions entre nos, et le transmettions autour de nous ! Le mystère de la Trinité nous permet aussi de penser que, quand Jésus souffre sur la croix au point de se sentir abandonné du Père, le Père et l’Esprit souffrent avec lui !
Le mystère de la Trinité, c’est le mystère d’un Dieu que l’on peut appeler Notre Père, un père qui aime, qui veut le meilleur pour ses enfants. C’est le mystère de Jésus-Christ, Dieu venu parmi nous, un Dieu qui est devenu notre frère, mort pour nous donner sa vie. C’est le mystère d’un Dieu Esprit Saint, qui habite en nos coeurs pour nous donner force et sagesse dans l’amour...
A nous de vivre cet amour avec ceux qui nous entourent. Alors, que l’image de la Trinité soit pour nous modèle de la relation d’amour qui nous unit, dans nos familles, dans nos communautés chrétiennes !

Gilles Berger Sabbatel

Références des textes liturgiques :
Proverbes 8, 22-31 ;
Psaume 8 ;
St Paul aux Romains 5, 1-5 ;
Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 16, 12-15