Paroisse Saint Loup


Sommaire > Vie de la paroisse > Restons unis > L’Annonciation sous forme d’un conte

L’Annonciation sous forme d’un conte

Dieu sait qu’il en avait l’habitude… des missions de confiance !
Mais cette fois-ci, il avait tout de suite senti que cette mission était exceptionnelle, que jamais plus une telle mission serait confiée à quelqu’un d’autre. C’était une mission unique !
Votre mission, si vous l’acceptez, lui avait dit Dieu lui-même, va changer la face du monde, elle inaugure un nouveau monde, l’aurore du salut.
A cette Parole, la cour céleste avait retenu son souffle. Chacun avait compris que ce moment d’éternité était historique.
Le déroulé de la mission était relativement simple : il fallait se rendre chez une jeune fille pour lui porter un message (et quel message : en l’entendant, la cour céleste avait bruissé d’admiration et d’exaltation !).
Cette jeune fille avait trouvé grâce aux yeux de Dieu, et c’est pour cela qu’elle allait concevoir et enfanter un fils qui serait le Grand Roi tant attendu par Israël.
« Vous avez des questions ? » lui avait demandé Dieu.
« Oui, Seigneur » avait-il répondu. « Cette jeune fille me demandera sans doute comment tout cela est possible.
« Tu lui répondras », avait dit Dieu, « que l’Esprit-Saint – ici présent – viendra sur elle et que c’est pour cela que l’enfant qui va naître sera appelé Fils de Dieu, ici présent.
« Une autre question ? » lui demanda Dieu.
« Oui, Seigneur », avait-il répondu. « Elle va sans doute avoir du mal à croire ces paroles ! »
« C’est un peu normal, je te l’accorde » lui répondit Dieu, « mais pour lui prouver qu’elle n’est pas en train de rêver, tu lui diras que sa cousine attend, elle aussi, un enfant, et elle est pourtant stérile. C’est ainsi que tu lui diras que rien n’est impossible à Dieu et qu’elle pourra aller vérifier tout cela sur place. »
« Une autre question ? » lui redemanda Dieu.
« Non, Seigneur ! J’y vais de ce pas, et à tire d’ailes ! »
« Allez, mon petit Gabriel, quand faut y aller, faut y aller ! »
Il avait mis sa plus belle tunique car cette jeune fille était sans doute une belle princesse. Un de ses collègues ne lui avait-il pas dit qu’elle serait un jour « Reine des Anges » ?!... Il avait aussi pris soin de bien lisser ses ailes, couleur arc-en-ciel – les couleurs de l’Alliance – des fois que Fra Angelico veuille immortaliser cette rencontre quelques siècles plus tard…
En traversant la voûte céleste, il repassait dans sa tête l’intégralité du message pour être bien certain de ne rien oublier. Et c’est à ce moment-là qu’il fut saisi d’angoisse. Par quels mots allait-il lui adresser la parole ? Dieu ne lui avait laissé aucune consigne, lui faisant confiance quant aux formules de politesse. Cela pouvait sans doute paraître secondaire à Dieu mais, l’air de rien, Il lui laissait la responsabilité des premières paroles d’une prière que le Peuple de Dieu allait adresser à la Mère du Seigneur pendant des siècles !
Voilà donc où il en était de son angoisse lorsqu’il se retrouva dans cette petite maison de Nazareth, en Galilée. Il crut un moment avoir fait erreur en programmant son GPS. C’était pourtant la bonne adresse, écrite sur son ordre de mission. Il s’attendait plutôt à se retrouver devant les portes d’un beau château, comme celui des Mille et une Nuits ou comme celui de la Belle au Bois dormant. Mais rien de tout cela ! Ce n’était pas une princesse.
Elle était bien plus belle qu’une princesse, plus belle que toutes ces princesses que l’on verrait parées des plus belles robes de mariées, au bras de tous ces princes des plus grandes maisons royales de l’Histoire.
Elle, elle était d’une beauté immaculée.
Alors, comme par enchantement, vinrent aux lèvres ces quelques mots :
« Réjouis-toi, Comblée de Grâce, le Seigneur est avec toi,… »

Frère Hervé JEGOU, prêtre dominicain