Paroisse Saint Loup


Sommaire > St Loup propose aussi > Prison

Prison

16 avril 2020

Des rencontres autour de la prison

28 février Rencontre avec Sœur Marie-Emmanuelle à Vif

Le vendredi 28 février, nous avons eu la joie de rencontrer Sœur Marie-Emmanuelle, de la congrégation des Dominicaines de Béthanie (Doubs), venue pour rencontrer le samedi 29 les personnes détenues de l’aumônerie catholique de la maison d’arrêt de Varces. Elle a participé aussi le dimanche 1er mars à la messe à Vif où elle a témoigné.

« Un cadeau impromptu ! Quel témoignage rendu par son sourire et son visage serein, son envie de nous partager en toute simplicité la richesse de la généreuse intuition du Père Lataste, créant l’œuvre de Béthanie pour l’accueil indifférencié et anonyme au sein de la congrégation, d’ex prisonnières et d’autres religieuses. Ce fut une belle illustration de ce que peut la Miséricorde ! Nous aurions aimé pouvoir prolonger la discussion avec Sœur Marie-Emmanuelle… Heureusement, elle avait apporté dans ses bagages le livre « Au-delà de l’amour, la miséricorde » du Père Jean-Pierre Brice Olivier. Ce texte sobre et simple nous a permis de prolonger cette réflexion et l’émerveillement pour cette vertu, don et grâce de Dieu. Un précieux moment partagé. »

« Concernant la soirée, j’ai appris plein de choses. Je ne connaissais pas du tout la mission de cette congrégation. Merci pour cette belle mission et le travail qui est fourni auprès de ces femmes. »

« J’ai été très heureuse de rencontrer cette religieuse lumineuse, Sr Marie Emmanuelle, venue nous présenter l’œuvre du bienheureux Père Lataste, fondateur de la Congrégation des Dominicaines de Béthanie en 1866. Vivant dans une discrétion absolue par rapport à leur passé, les Dominicaines de Béthanie accueillent ensemble la grâce de Dieu et témoignent que l’amour du Christ miséricordieux a la puissance de transformer une vie. J’ai été impressionnée par le silence qui a suivi la vidéo, mélange d’étonnement, d’admiration et d’émotion devant cette fulgurance de l’Esprit Saint qui a permis au Père Lataste d’aller au bout de son projet, contre vents et marées. »

« Un beau témoignage sur l’accueil de l’autre sans tenir compte de son passé et en acceptant de ne pas en parler. »

« Dieu ne regarde pas ce que nous avons été, il n’est touché que de ce que nous sommes. » Père Lataste

« Qui que vous soyez, venez à Jésus ! Il a des bontés pour tous les misérables, Il a des pardons pour tous les coupables, Il a du baume pour toutes les blessures, Il a de l’eau pour tous les péchés. ‘ Venez, implorez-moi, dit le Seigneur.’ » Père Lataste

Soirée (Continuer) à vivre en prison
Mercredi 11 mars au Centre œcuménique St Marc

Une soirée très riche qui a permis de se rencontrer et de tisser des liens avec de nombreuses personnes venues découvrir la vie en milieu carcéral ou y intervenant
-  membres du GLCP (Groupe Local de Concertation Prison) : Accueil des familles en attente de parloir (ARLA), aumôniers, Relais Enfants Parents Isère (REPI), Secours catholique Caritas France, Visiteurs de prison (ANVP),
-  autres intervenants en prison.

Lors de la 1ère partie de la table-ronde, nous avons entendu quatre témoignages.

André W. nous a parlé de l’importance du sport, de la respiration, à travers deux activités qu’il anime, le yoga, dans la prison, et des sorties pédestres d’une journée sur les chemins de Saint Jacques de Compostelle organisées par l’ASCS2 (Association socioculturelle sportive et promotion de la santé du Centre Pénitentiaire de Varces)
Deux sorties d’une journée ont eu lieu en octobre et novembre. La météo défavorable en octobre n’a pas entamé la bonne humeur et la joie d’être ensemble. Tout le monde était content d’être là. Les personnes détenues se sont entraidées et ont relevé le défi. Croiser des vaches en plein champ sous la pluie et trouver des champignons ont été des éléments de surprise et de reprise de contact avec la nature très favorables. A la fin de la marche, il y a eu de grands sourires et des remerciements.
Tous les retours ont été positifs et chacun souhaite recommencer.

Brigitte C., visiteuse de prison, nous a parlé de sa mission de visiteur et en particulier du projet Lire pour en sortir auquel participent les personnes détenues volontaires. Le participant rencontre un bénévole, qui l’accompagne individuellement. Il choisit, dans le catalogue de 233 titres, un livre qui correspond à son niveau et à son envie. Il est accompagné et conseillé dans son choix par le bénévole. Il remplit ensuite une fiche de lecture, qui lui permet de réfléchir sur l’œuvre, d’en discuter avec le bénévole et de constater sa progression.
Participer à Lire pour en sortir nous permet de découvrir des auteurs et différents types de lectures (biographies, sport, BD, poésie, romans, aventures…), de progresser dans la lecture, de développer le goût à lire. Les fiches de lecture et les questions nous poussent à la réflexion et nous permettent de partager avec le bénévole. (Personnes détenues)

François-Xavier L., directeur de La Remise, nous a parlé de l’atelier de travail mis en place à la prison de Varces, de l’importance de travailler pour les personnes détenues et du cheminement qui s’est opéré dans son équipe pour s’adapter à la vie du monde carcéral.

Paul G., aumônier catholique, nous a parlé de la spiritualité en prison et de sa mission.
L’Administration Pénitentiaire se doit de permettre à chaque personne détenue de continuer à pratiquer sa religion. Elle délègue aux différents cultes la mission de le faire
En prison l’aumônier est toujours en terre étrangère. Il n’est pas chez lui, il doit demander l’hospitalité il est avant tout au service de la paix…
Le besoin de spiritualité en prison est souvent lié au besoin d’éviter l’enfermement intérieur. C’est la relation à Dieu qui nous transforme du dedans. C’est dans l’écoute de la demande spirituelle que l’aumônier peut aider la personne détenue à se sortir de cet enfermement. Le chemin peut être long, pour cela l’aumônier doit bien choisir ses mots pour ne pas faire taire la souffrance tout en sachant qu’il est toujours difficile de la partager pleinement…
Chaque culte fonctionne avec ses principes, ses rites, ses visites en cellule, ses groupes de parole et ses célébrations pour les chrétiens, la prière du vendredi pour les musulmans…
Accueillir l’autre au point où il en est de son histoire est un défi dans un lieu où les hommes et les femmes sont d’abord qualifiés à partir des délits commis ou présumes. Pour cela nous n’avons aucun pouvoir mais nous sommes là comme au chevet d’un ami ou d’un frère malade. C’est la présence chrétienne qui est essentielle. L’Evangile en prison est aussi bonne nouvelle pour tous.

Puis, dans une 2ème partie, nous avons entendu deux témoignages.

Mr W., directeur de la détention du Centre Pénitentiaire de Grenoble-Varces, nous a expliqué ce qui est mis en place pour permettre aux personnes détenues de vivre leur temps de détention.
Il nous a rappelé que la prison est un lieu de privation de la liberté et non de privation des libertés.

Gilles, ex-détenu, nous a dit l’importance des rencontres et des liens qui lui ont permis de vivre pendant la durée de sa peine. Il a illustré son témoignage de nombreux exemples concrets de sa vie quotidienne en prison et nous a permis de toucher du doigt la réalité de ce qu’il a vécu.

Nous avons ensuite échangé entre nous, des membres d’autres associations ou de l’administration pénitentiaire apportant leur éclairage.

Témoignages

« Ce qui m’a le plus marqué c’est le témoignage saisissant sans tabou de cet ex détenu qui a révélé ce monde marginal. L’enfermement, l’exclusion ont permis à ce détenu de se découvrir des valeurs cachées, humaines et respectueuses. Au fur et à mesure qu’il a évolué dans les différents centres, il a noté que les détenus font place à des hommes respectables et bienveillants dans la majorité des cas et ce malgré des conditions de détention difficiles. Une surprenante révélation sur le quotidien de ces hommes et gardiens qui m’a donné un autre regard sur cette institution qui fait peur et dérange. »

« Parfois, nous nous demandons si ce que nous faisons, pour les autres, est utile. Cette soirée a permis à tous ceux qui œuvrent avec humilité pour les personnes détenues d’entendre la réponse par le témoignage d’un ancien détenu. Oui, ces moments proposés et passés en dehors de leur cellule sont précieux pour les personnes détenues. Sans doute que, pendant ces courts moments, ils retrouvent leur dignité d’homme. »

« Soirée pleine d’émotions et de richesse d’où l’on ressort avec une grande proximité de cœur avec les prisonniers et tous ceux qui les accompagnent sur leur chemin de libération. »

Odile

8 avril 2020

Chemin de croix au Colisée Vendredi 10 avril 2020 à 21h avec le pape

Quatorze stations méditées par différents visages du monde de la prison

“Cette année, j’ai voulu que ce soit la paroisse de votre maison de détention, le ‘Due Palazzi’, qui propose au monde les quatorze stations. J’ai choisi la prison, prise dans sa totalité, pour faire en sorte que, cette fois-ci encore, ce soit les plus petits qui nous donnent le rythme. Avec Don Marco Pozza, que vous connaissez bien, nous avons pensé les méditations comme l’œuvre d’un chœur, en unissant les différents visages qui composent le monde des prisons : la victime, le prisonnier, l’agent pénitentiaire, le bénévole, la famille de la personne détenue, le magistrat de probation, le responsable pédagogique, l’Église, la personne innocente, parfois injustement accusée.

La prison est un kaléidoscope de situations et le risque est souvent grand d’en raconter un détail au détriment de l’ensemble. La résurrection d’un homme n’est jamais l’œuvre d’une personne individuelle, mais d’une communauté qui travaille ensemble en faisant alliance.”

« J’ai été ému en lisant les méditations écrites : je me suis senti partie prenante de cette histoire, je me suis senti frère de ceux qui ont fait des erreurs et de ceux qui acceptent de se mettre à côté d’eux pour reprendre la montée du talus. Je suis conscient qu’il n’est pas simple d’harmoniser justice et miséricorde : mais lorsque cela réussit, le gain est au profit de toute la société. Je remercie la paroisse de la prison et, avec eux, je remercie toutes les personnes qui œuvrent en faveur de ce monde étroit : que Dieu bénisse le bon cœur de ceux qui défient l’indifférence par la tendresse. »

https://fr.zenit.org/articles/lettre-du-pape-francois-les-meditations-du-chemin-de-croix-du-colisee-2020/

11 novembre 2019

Journées nationales prisons 2019

communiqué de presse et programme

Communiqué de Presse du 06 novembre 2019

JOURNÉES NATIONALES PRISON (JNP) : sensibiliser le public

Les Journées Nationales Prison (JNP), organisées par le Groupe National Concertation Prison (GNCP), ont lieu tous les ans en novembre dans toute la France.
C’est au travers de nombreuses manifestations et évènements (conférences, colloques, projections de films, expositions, ateliers théâtre,) que les JNP, initiées par la FARAPEJ (Fédération d’Associations Réflexion-Action Prison Justice) sensibilisent le grand public aux thématiques carcérales.

Thème 2019 JUSTICE PRISON : SORTIR DU CERCLE VICIEUX

Nos associations agissent dans l’univers carcéral, en détention comme à l’extérieur. L’implication de la société civile augmente, les mesures alternatives à la prison sont nombreuses, quelques nouvelles lois renforcent les droits des personnes, mais le nombre d’incarcérations ne cesse de croître.
Notre système carcéral est pris dans un cercle vicieux : plus on incarcère, plus il est difficile d’accompagner correctement les personnes pendant leur détention. Leur sortie est souvent peu ou pas préparée. Cette réalité contribue largement à la récidive qui conduit de nouveau en prison.
« Peut-on imaginer d’autres solutions, qui permettraient de sortir de ce cercle vicieux, voire d’enclencher un cercle vertueux où la diminution de la population carcérale permettrait de mobiliser les moyens de l’État et les efforts des acteurs (publics et associatifs) pour éviter les retours en prison ? »

Les JNP 2019 à Grenoble

Nous vous invitons aux actions de sensibilisation du grand public organisées à Grenoble par le Groupe Local Concertation Prison les 18, 21 et 22 novembre 2019.
- Lundi 18 Novembre, à 20h15 : projection du film « En mille morceaux » au cinéma Le Club à Grenoble, projection suivie d’un débat avec Maître Balestas. Tarif 6 Euros
- Jeudi 21 novembre, à 20h : “La prison, une contrainte mais pas une vie”, table-ronde avec Madame Wittrant, présidente du tribunal de grande instance de Grenoble, Madame Mousseeff, directrice du CP de Grenoble-Varces, Madame Gazquez, magistrate honoraire, Maître Gomis. Salle de conférence de la Maison de l’Avocat, 45 rue Pierre Sémard, Grenoble- Entrée libre
- Vendredi 22 Novembre  : exposition de 8h à 17h30 dans le hall de la mairie de Grenoble. Entrée libre.

Contact presse : GLCP grenoblevarcesglcp@gmail.com

Associations du GROUPE LOCAL CONCERTATION PRISON GRENOBLE (GLCP) ayant préparé les JNP 2019
ANVP (Association Nationale des Visiteurs de Prison), ARLA (Association pour l’accueil des familles), Aumôneries, La Cimade, REPI (Relais Enfants Parents Isère), Secours Catholique CARITAS France.

ci-joint le flyer des JNP 2019

5 novembre 2019

Témoignage d’un prisonnier

Le signe

Détenu depuis plus d’un an, j’étais perdu, sans espoir, la peur au ventre tous les jours. J’avais même perdu la confiance que j’avais avec ma famille, mes amis mais surtout avec Dieu.
Pourtant je sors d’une famille chrétienne pratiquante avec des cousines et grand-tantes religieuses dans diverses congrégations à travers le monde et même un grand-oncle prêtre qui malheureusement nous a quittés il y a déjà quelques années.
Dès mon arrivée en détention, je me suis inscrit à l’aumônerie, aux réunions puis aux messes. Pourquoi… ? Essayer de trouver un peu de réconfort et de sérénité.
L’année passa avec ses jours bien et ses jours moins bien, mais la vie en détention se déroulait inlassablement avec l’espoir de voir ma vie changer un peu.
Un jour, en fin d’après-midi, le lieutenant d’étage vient me voir en cellule en me demandant si j’étais toujours d’accord pour travailler en cuisine. « Bien sûr » lui répondis-je sans hésitation.
Du premier étage je monte au troisième étage où sont rassemblés tous les cuisiniers. Ceci fut pour moi un premier signe, une réponse à mes prières mais avec encore un certain doute, du moins je ne le voyais pas encore.
Puis un jour, où je ne travaillais pas, j’écrivais à mes amis portugais qui eux aussi sont très croyants, qui me soutiennent et qui m’ont toujours dit de ne pas baisser les bras, qu’un jour Dieu me ferait un signe. Alors que je leur écrivais, je me sentis pris d’une sensation étrange qui m’envahissait, une angoisse, un sentiment que l’espoir qui me restait m’abandonnait petit à petit. Alors je me suis adressé à Dieu par l’intermédiaire d’une petite croix en bois, une prière d’appel à l’aide, « Aide-moi Seigneur, donne-moi la force de tenir le coup » lui dis-je. Je n’avais même plus le goût de continuer mon courrier quand soudain, les larmes aux yeux, je vis un rayon de soleil venir frapper ma petite croix « malgré un temps nuageux », je n’en revenais pas, je n’y croyais pas, je la pris entre mes mains et là… ! Je compris que je venais de rencontrer Dieu, ce signe pourtant anodin était bien une réponse tant attendue à mes prières.
Depuis ce jour-là, je le remercie de tout cœur de ses bienfaits et surtout de m’avoir redonné cet espoir perdu en m’envoyant ce signe qui pour moi restera gravé dans mon cœur à jamais.
Enfin, je me sens tiré vers le haut, dans la direction de ce rayon de soleil, avec la légèreté d’une plume.
Priez et croyez mes Amis, un jour Dieu fera comme à moi ce jour-ci… Un signe qui changera votre vie.
Cela nous lie avec l’espérance, chose que nous ne choisissons pas mais qui nous est donnée par Dieu.

Patrick

6 décembre 2017

Journées Nationales Prison 2017

Thème : Les Oubliés de la Société

Les Journées Nationales Prison (JNP) visent à sensibiliser le grand public aux thématiques carcérales. « La société toute entière veut oublier la prison : ses murs et ses bâtiments, mais également les personnes qui y travaillent et celles qui y vivent. Ces dernières restent les oubliées d’une société qui ne veut plus les voir, quels que soit l’âge, la situation pénale ou la durée de la peine. Cet oubli pourrait être évité en ouvrant les prisons à la société civile, en développant la justice restaurative, ou les peines en milieu ouvert qui permettent aux personnes de se réinsérer au sein de la société ». (Extrait du site de la FARAPEJ)
Cette année le Groupe Local Concertation Prison Grenoble (GLCP)1 a organisé, le vendredi 24 Novembre toute la journée, une exposition dans le hall public de la Mairie de Grenoble. Jean Christophe Houde, réalisateur, a présenté des films d’animation réalisés par les personnes détenues de la Maison d’Arrêt de Varces dans le cadre de l’atelier « Cinéma » avec son concours et celui du Méliès. Maryvonne Boileau, conseillère déléguée à la politique de la ville de Grenoble, est intervenue au nom du Maire. Cette journée a été l’occasion de rencontres très riches avec des visiteurs mais aussi entre nous.
Le lundi 27 Octobre, nous avons pu voir, au cinéma "le Club", le film "Ombline", qui retrace l’expérience d’une jeune femme qui accouche lors de sa détention. Cette projection a été suivie d’un débat très intéressant en présence des différentes associations et de Joëlle Vernay, avocate.

Echos de célébrations à la maison d’arrêt de Varces

Le dimanche 18 juin, j’ai eu l’occasion de participer à une célébration sans prêtre, avec l’aumônier, à la Maison d’Arrêt. La veille, avec Odile, nous étions à la messe à Saint-Georges-de-Commiers et l’assemblée avait été invitée à prier pour les détenus. Donc, le lendemain matin, nous avons accueilli les détenus inscrits auxquels nous avons dit que les paroissiens les portaient dans leurs prières ! Avant de débuter la célébration, Odile nous a passé une vidéo sur « le Signe de Croix » sobre et profonde. Puis nous avons partagé les chants, la Parole et l’Eucharistie, que le Père Thibault avait donnée la veille à Odile. Un moment simple, paisible, fort, respectueux de chacun… et qui m’a profondément marquée.
  Mireille P.
Le dimanche 22 octobre, j’ai eu l’opportunité de célébrer l’eucharistie en compagnie de quelques détenus de la prison de Varces et avec Odile et Paul, de l’équipe d’aumônerie. 
Ce fut une grande première pour moi depuis que j’ai été ordonné prêtre. 
Nous n’étions pas très nombreux mais j’ai ressenti l’intensité de la prière et du recueillement du début à la fin de la célébration. Le texte d’évangile trouvait toute sa place dans ce cadre particulier - Jésus nous y invitait à « rendre à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu » - reposant la délicate question de la Justice de Dieu face à la justice des hommes. 
J’ai eu l’occasion de discuter plus personnellement avec un détenu qui fait un beau chemin spirituel en ce moment. 
Ce que je retiens de ce moment, c’est surtout la qualité et la profondeur de ce temps de prière ; j’ai vraiment ressenti un coeur-à-coeur entre nous et avec Dieu. 
J’espère pouvoir revivre bientôt un tel moment !
P. Thibault NICOLET +

Témoignage d’une reconnaissance inattendue d’un prisonnier

Témoignage d’une reconnaissance inattendue d’un prisonnier
L’importance d’être là

>> Lire l'article...

JNP, Journées Nationales Prisons 2016

La prison, censée n’être rien d’autre que le lieu d’exécution de la peine privative de liberté, se révèle parfois être une peine à part entière dont les conséquences sur le corps et l’esprit constituent de véritables obstacles au retour des personnes détenues au sein de la société. Six associations grenobloises ( Genépi Grenoble – Secours catholique – ARLA – ANVP – Cimade – Aumônerie catholique ) intervenant en milieu pénitentiaire se sont réunies pour organiser la 23ème édition des Journées Nationales Prison (...)

>> Lire l'article...